Lycée Blaise Pascal à Orsay
18-20 rue Alexandre Fleming - 91401 Orsay Cedex - 01 64 86 16 00
Site de l'académie de Versailles

Accueil > Le Secondaire > Des parcours d’anciens élèves de TL > Les parcours classés par catégories professionnelles > Beaux-arts & arts appliqués

Beaux-arts & arts appliqués

Art / artisan d’art / design / graphisme et communication visuelle / stylisme

Art

Charlotte Plasticienne

Bac L spé histoire des arts
J’ai eu mon de recherche master 2 en Art plastique il y a un an et demi, j’ai gagné le concours de la mairie de paris, " le festival Ici et demain" ; l’année dernière j’ai pu exposer mes œuvres à l’espace Pierre Cardin. Maintenant j’expose mes photographies dans des bars ou des resto, j’ai fait un stage au Frac Île de France, en tant que médiatrice culturelle il y a deux ans, pour l’exposition de Michel Blazy, et je viens de finir mon contrat au Centre Pompidou : je vendais juste les laissez passer.
Depuis le nouvel an je cherche un poste d’intervenante en art plastique dans une association ou des écoles.
je suis aussi apprenti chanteuse, danseuse et actrice dans une troupe de comédie musicale.
j’ai créé un blog avec mes bricolages photographique et mes anciennes installations : http://charlottedechateauvieux.blogspot.fr/

Clément co-fondateur de Mindie - directeur artistique

Aller en L et faire de l’histoire des arts, c’était pour moi une base essentielle pour engager un cursus en école d’art par l’acquis culturel mais au delà de ça je pense que c’est surtout la force d’analyse que cette filière (dans ce lycée) nous apporte. Pour ma part c’est, je pense, grâce à ça que j’ai pu conceptualiser mon travail et être admis dans les concours que je voulais obtenir.

Parcours depuis le bac :
Prépa Ecoles d’arts (Atelier de Sèvres) 1 an
Beaux-Arts de Paris (ENSBA) pendant 1 an
Parallèlement Graphiste et Directeur Artistique Freelance
Puis co-fondateur de Mindie (application mobile pour réaliser des clips de 7 secondes)

Je vis désormais entre Paris et San Francisco (2 mois/2 mois) - je bosse toujours sur le projet de start-up que j’ai lancé il y a un peu plus d’un an. Ça avance - j’espère que d’ici un an ou deux ce sera assez développé pour lancer des activités plus liées à la culture notamment l’art et le cinéma (production, galerie, fondation...?). On va peut-être revendre la boite aussi pour monter autre chose avec l’argent. Mon but étant d’être indépendant financièrement dans mes projets sur les prochaines années. Je n’ai pas très bien vécu le passéisme des gens des beaux-arts et leur vision unilatérale de l’art. C’est pour cela que j’ai décidé de quitter et de créer mon propre écosystème de travail. Bref... Ça va bien

Quels sont vos conseils pour les étudiants ?
Soyez ambitieux !

Lucie aux Beaux-Arts de Nantes

Alors, après un bac L spécialité histoire des arts, et deux années aux ateliers de Sèvres, j’ai eu les beaux arts de Nantes. Je suis en deuxième année maintenant, en section peinture.
La première année l’enseignement est générale. Je suis très contente, je suis arrivée dans une école un peu morte et on a réussi à faire bouger les choses : plus de gens travaillent à l’atelier et nous mettons en place des expositions inter promo. La dernière s’investit plus encore j’ai l’impression,
Lucie a fait sa première expo à paris début 2015

Leni Ecole supérieure d’art graphique de Penninghen

Créateur graphique (visible sur behance.net Leni L kim )
Auteur compositeur interprète au sein du groupe MARABOU CREW (visible sur you tube et Facebook).

Artisan d’Art

Brice Doreur

Aprés un bac L avec spécialité histoire des arts, j’ai travaillé chez un staffeur (métier du plâtre) durant trois ans à Nice, puis je me suis reconverti dans la dorure à la feuille d’or. J’ai passé le CAP après 2 ans d’apprentissage en alternance (3 semaines/mois en entreprise chez un doreur - 1 semaine/mois en cours au CFA de la Bonne Graine, Paris 11).

Nous pratiquons la pose de la feuille d’or sur bois (mobiliers & cadres) ou sur plâtre, ferronneries, marbres ou tout autre type d’élément en architecture. Les doreurs veillent à la conservation du patrimoine en France et en Europe, mais sont très demandés par les "nouveaux riches" de Russie ou du Moyen-Orient (Dubaï, Arabie...) qui aiment dépenser à outrance sans aucun soucis d’esthétisme ; et également aux Etats-Unis où le savoir faire et le bon goût français sont très appréciés.

Aujourd’hui je fais toujours de la dorure ; métier toujours aussi passionnant, et je travaille toujours dans le même atelier. La demande actuelle nous pousse à faire de plus en plus de chantiers et moins de travaux en atelier d’où mon souhait de changer un jour d’entreprise pour apprendre de nouvelles techniques et travailler sur d’autres types de supports.

Mon but initial étant, par le biais ce métier, d’agir activement à la sauvegarde du patrimoine de mon pays et non aux folies et caprices des grands milliardaires ou dictateurs de ce monde avec qui nous devons travailler trop souvent.
J’ incite toujours le corps enseignant à ne pas décourager les élèves qui souhaiteraient se lancer dans la vie professionnelle directement après le Bac et de leurs signaler aussi que l’alternance (qui peut s’étendre sur plusieurs années) est une très bonne alternative pour à la fois poursuivre ses études et trouver presque à coup sûr un travail, qui plus est un travail en accord avec ses goûts. J’entends encore ma prof de maths et prof principal à la fois qui menaçait les élèves les moins bons dans sa matière en nous disant : ‘’ continuez comme ça ! et vous finirez tous en BEP et CAP ! ‘’. C’était pour elle une insulte suprême. De plus en plus les politiques abordent le sujet pourtant mais au sein de l’éducation nationale le terme de ‘’ travail en alternance ’’ semble toujours tabou alors que les longues études ne sont pas toujours gage de réussite professionnelle . En effet, l’avenir de notre pays y compris celui des L sortant de Blaise Pascal à Orsay ne se joue pas uniquement derrière un bureau à la Défense ou sur les Grands boulevards mais il dépend aussi du savoir-faire et du maintien de ces métiers aux traditions ancestrales. Je trouve que les métiers manuels sont trop souvent écartés des projets d’orientation et ce dès le collège.

À savoir : le CFA de la Bonne Graine, 200 Bd Votaire dans le 11ème, est spécialisé dans les métiers de l’ameublement (tapissiers, couturiers spécialisés en drapés, ébénistes...). La liste des formations est consultable sur : http://www.labonnegraine.org/Formations.html
www.labonnegraine.org

Design

Elsa Designer

Bac Spécialité histoire de l’art + arts plastiques en candidat libre

Parcours depuis le Bac :
- prépa atelier de sévres 2004-2005 ;
- école nationale supérieure des beaux arts de lyon 2005-2011 ;
Obtention de deux diplômes : DNAP (bac + 3) et DNSEP (bac + 5) ;
- création d’un collectif de designers en 2012.

Projets : développer l’activité du collectif de designers dont je fais partie (nos réalisations et nos projets sont visibles sur facebook (dejadesigner) et sur le site internet (dejadesigners.com).
Conseils pour les étudiants : la filière L m’a permis d’acquérir une solide culture artistique, très utile dans mon domaine. Faites un vrai travail d’orientation : la L est idéale pour les filières artistiques mais pour travailler en tant que designer j’aurais aussi pu passer par la S. Chacun doit choisir la filière adaptée à son profil

Jérémy En année diplômante à l’Ecole Nationale Supérieure de
Création industrielle (ENSCI)

Bac L spécialité Histoire de l’Art et option Art plastique

En 2006/2007, j’ai fait une prépa beaux art - Atelier Albers - Paris 5ème. J’étais assez indécis à la sortie du bac et plutôt mal renseigné. Cette prépa m’a formé aux techniques ultra-classique (dessin de plâtre, nu, nature morte…). Bien qu’étant passionnant pour moi qui démarrais à peine dans cette voie, je trouve que j’étais assez peu informé sur les écoles auxquelles cette prépa préparait. J’ai fini l’année, tenté les arts déco puis j’ai trouvé ma voie.
En 2007/2008, voulant entrer à l’École Supérieure d’art appliqué Duperré (Paris 3ème), quelque part dans le textile ou la mode (encore assez indécis parce que plein de clichés en tête), je devais d’abord tenter le concours pour faire une année de Mise à Niveau (obligatoire n’ayant pas un bac STI arts appliqués), ce que je fis donc cette année là.

De fin 2008 à 2010, la MANAA finie, j’ai tenté plusieurs BTS et ai compris, je ne sais comment, que je voulais faire textile (et non de la mode). Je fus accepté. J’entrais donc en BTS Design de mode et environnement option textile et matériaux de surface. Un intitulé très long pour deux superbes années. Vraiment. Une formation de l’œil, de la main sur pleins de techniques, sur de la recherche plastique. Une liberté qui m’a vraiment permit de m’épanouir.

Depuis 2010, je suis (en équivalence) à l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle - ENSCI Les ateliers (à Bastille). Une école de design produit dans lequel je tâche maintenant de m’attaquer au produit véritablement. J’ai fait une année (2 ateliers, un par semestre) et en ce moment je suis en stage chez EDF Recherche et Développement, qui a repéré un de mes projets (en groupe, effectué pour le Sustainable Design Challenge, lancé par EDF en 2010) et m’a proposé de le poursuivre au sein de leur site, avec leur expertise. Je suis donc actuellement en année diplômante à l’ENSCI.
J’ai fini mon mémoire (partie théorique) et je suis en train de développer mon projet de diplôme (partie "pratique"). J’essaye avec l’ensemble des éléments du diplôme de condenser des problématiques qui me sont chères autour de la mise en forme du "fil" de l’échelle de la bidouille personnelle, à l’industrie et aux nouvelles technologies de production (impression 3D).

En parallèle, depuis début 2014 je fais partie d’une compagnie de danse Hip Hop, Hype’n’Spicy (http://www.dailymotion.com/video/x22bn78_show-hype-n-spicy-theatre-de-l-agora_creation). On y développe une écriture chorégraphique autour de la "Hype" danse du début des années 90, parmi les premières danses Hip Hop debout. On a fait une vingtaine de dates en 2014, et on travaille à réussir aussi bien 2015 :-)

Projets :
- m’établir soit en free lance, soit m’intégrer à un agence ou à une entreprise ;
- continuer la dance, m’ouvrir à plein d’autres styles, et pourquoi pas chorégraphier.

Conseils pour les étudiants
Il n’est pas aisé de trouver sa voie ni en fait de s’écouter véritablement. On est toujours baigné dans un milieu, mis en regard des autres. De plus, certains persistent à valoriser des parcours.
Je pense que je ne peux pas donner de conseil basique pour la voie que j’ai choisi car il existe un nombre x de parcours possibles. Gardez en tête que l’évolution d’un parcours en arts appliqués se fait plus naturellement que l’on ne le croit et qu’il n’est pas nécessaire d’avoir planifié tout sur 10 ans. Autrement, je suis toujours disponible pour discuter.
De manière générale, le conseil est d’établir au plus tôt ce qui vous pousse à faire tel ou tel choix, de sorte que vous identifiez les motivations plus rapidement (et le poids des autres dans vos décisions) et de foncer (un peu, d’abord). Il faut aussi énormément se renseigner (même si ce n’est pas toujours aisé) et ce, en prenant du recul, en croisant les informations, car surtout dans les arts appliqués, les coups de pub des écoles privés sont assez mensongers.

Claire chef de projet junior en architecture d’intérieur

bac L spécialité Histoire de l’Art option LV3 Espagnol et arts plastiques au bac

Parcours depuis le Bac :
- L1 Histoire de l’art, MANAA, BTS Design d’Espace. J’ai obtenu mon BTS Design d’espace en Juin 2013 ainsi que mon Bachelor (équivalence de 3 ans reconnu à l’étranger)
- J’ai fait mes études en alternance ce qui m’a permis d’être embauchée à la sortie de mon école en tant que Chef de projet junior au sein de l’agence Archimage. Nous sommes une agence d’architecture d’intérieur spécialisée dans le tertiaire.
Je m’occupe de la conception ainsi que de la réalisation des travaux . C’est pourquoi d’ici quelques années je vais demander une validation des acquis (VAE) pour être reconnue comme architecte d’intérieur et chef de chantiers.

Conseils pour les étudiants : s’accrocher, ne pas avoir peur de se tromper de voie car il y a toujours un moyen de rebondir et ne pas croire que la section L est une section fermée qui n’ouvre pas beaucoup de portes.

Aurélie en 4ème année à l’école Camondo

Après ma terminale L spécialité histoire des arts, j’ai fait une année de prépa aux Ateliers de Sèvres afin d’entrer à l’École Camondo.
J’ai eu le concours et maintenant je suis en 4ème année. C’est une école d’architecture d’intérieur et design ; c’est la seule école qui propose la double formation à la fois espace et objet. C’est une école en 5 ans : il y a beaucoup de travail mais je la conseille vraiment. Je veux me diriger dans le secteur de la scénographie éphémère. L’école est reconnue donc on n’ a pas de mal à trouver des stages. Voilà voilà pour l’instant ! Je suis dispo en tout cas pour informer des élèves sur les cursus école d’art s’ il y a besoin.

Fanny en MANAA pour un BTS design

je suis actuellement en MANAA (mise à niveau en arts appliqués) au lycée Paul Poiret. Cette année me permet d’acquérir les bases de l’enseignement artistique pour pouvoir faire un BTS design de produit par la suite. C’est une année pendant laquelle on touche à tout, on fait pleins de projets qui sont plus ou moins reliés à l’illustration, la mode, la communication, l’architecture, le design (d’espace, de produit...).
J’ai des cours généraux : français (2h), maths (1h), physique (1h), anglais (2h), histoire des arts (4h). J’ai aussi des cours d’expression plastique, modes, convention, expression, travail étude pratique.
J’étais en terminale L en spécialité histoire des arts l’année dernière, ce qui m’a permis d’acquérir de bonnes bases dans ce domaine, qui me servent beaucoup aujourd’hui (références, inspiration...). J’ai aussi appris à raisonner d’une certaine manière, ce qui m’aide à organiser, développer et transmettre mes idées.

Graphisme / illustration / com visuelle

Bertille Graphiste

- Bac L spécialité hida, pour faire de l’ histoire de l’art et de continuer la littérature
- puis mise à niveau en arts appliqués et BTS en communication visuelle (à Olivier de Serres)
- licence pro en métiers de l’édition (spécialité jeunesse) à l’université de Nantes (La Roche sur Yon)
J’ai validé ma licence pro en métiers de l’édition, 2ème de ma promo par un stage en bande dessinée à Bruxelles.
- une année en Amérique du sud
- un master 1 en Arts Plastiques à Paris 1 (Espaces, Lieux, Expositions) avec un stage de 6 mois comme graphiste à Château de Versailles Spectacle
- et cette année je suis en M2 Muséologie et Nouveaux Médias à Paris 3 et je me lance dans la recherche de stage pour finir mon cursus (graphisme, projet multimédia, et tout le tralala)

Conseils pour les étudiants : FAITES VOUS UN CARNET D’ADRESSE ! C’EST PRIMORDIAL !! FAITES DES STAGES ! SOYEZ SÛR DE VOUS

Thibaut Graphiste indépendant

Bac L spécialité histoire des arts

Parcours depuis le Bac :
J’ai fait une prépa Art option communication visuelle et puis je me suis lancé en indépendant juste après sans faire de BTS. Ca fait maintenant plusieurs années que je suis graphiste et je gère différents clients comme des agences web ou agence photo mais aussi des sociétés de tourisme, de finance... Je fais des sites internet, des chartes graphiques, logo, brochures, applications mobiles…
Cette année j’ai pu faire quelques formations courtes aux Gobelins pour me perfectionner en InDesign (un logiciel de mise en page) et apprendre l’UX Design (une méthode de gestion de projet qui part des utilisateurs réels).
Depuis l’année dernière je suis aussi intervenant en PAO (photoshop, illustrator, InDesign) et en UX Design au sein de 2 écoles de commerce. C’était beaucoup de stress et de préparation au début car ce n’est pas mon métier de parler devant une classe de 20 étudiants mais j’aime beaucoup le contact que ça crée. Ça me permet également de réviser mes connaissances et de les approfondir.

Mathilde illustratrice, diplômée l’école des arts décoratifs de Strasbourg

Parcours
J’ai fait une année de prépa aux écoles d’art, puis, de 2009 à 2014, 5 années d’études à l’école des arts décoratifs de Strasbourg (aujourd’hui rebaptisée HEAR), en option illustration.
J’ai eu un premier diplôme en juin 2012, équivalent à une licence : le DNAP (diplôme National d’Arts Plastiques). En juin 2014 j’ai eu mon DNSEP (diplôme national supérieur d’enseignement plastique), avec mention.

En septembre j’ai fait un stage d’un mois dans un centre d’art, où j’ai appris des techniques de gravure et d’impression traditionnelle, ainsi qu’un peu de médiation culturelle (faire visiter une galerie au public, donner des cours de gravure, etc). Depuis, je continue à travailler mon portfolio. Pendant les études, j’ai fait quelques petites commandes (affiches, flyers, couvertures...), rien de vraiment professionnel mais c’est toujours un plus pour se former sur le tas... Je travaille aussi dans un collectif, Super Fourbi Géant, qui se spécialise dans le fanzinat-papertoy à découper et monter soi-même (on fait le festival d’Angoulême cette année !)
Je pense aussi faire un apprentissage en accéléré de logiciels pour pouvoir faire du livre numérique. J’aimerais travailler dans l’illustration jeunesse !

Conseils pour les étudiants : si vous voulez aller en école d’art (parce que c’est bien), il existe des prépas publiques et des manaa ; évitez de passer par la case du privé parce que ça coûte juste inexplicablement cher, même si l’important est de bien bosser sur son dossier de travaux personnels. Allez au musée voir des expos, si vous avez l’occasion d’aller sur Paris, sinon allez régulièrement au cinéma (le Tati passe de supers films pour pas cher), à la bibliothèque du centre (ils ont une très bonne sélection BD, livres jeunesse et livres d’histoire), et dessinez plein de choses dans vos cours (si vous arrivez à écouter en même temps, mais c’est généralement le cas). Et bossez bien en histoire des arts parce que ça vous sera utile tout au long de votre cursus (même en troisième année, par exemple...).

Flore en année diplômante aux Arts décoratifs de Strasbourg

Après le Bac (L spé histoire des arts) je suis allée en prépa hypokhagne au lycée Duruy à Paris. J’y ai fait une option "science po". Je pensais y faire une sorte de deuxième terminale, continuer à étudier toutes les matières mais en les approfondissant. J’y ai plutôt découvert une terminale en plus "dur", avec système de notes draconien, compétition et relative mauvaise ambiance à la clé. Je ne m’y suis pas sentie bien, je n’ai pas eu le sentiment d’y apprendre plus ou mieux. Et puis quelque chose d’autre, qui n’avais jamais totalement disparu, a refait surface : le dessin. Au milieu de l’année j’avais pris ma décision d’entrer dans une école d’art. J’ai passé l’année suivante à m’y préparer et je suis entrée aux Arts décoratifs de Strasbourg. Je passe mon diplôme de 5ème année au mois de Juin.

J’ai conscience que tout cela ne me mène pas à un métier qui me permettra de vivre. Il va falloir que je me trouve une deuxième casquette. J’ai fait pas mal de stages et de petits boulots dans le domaine de la culture. L’année prochaine je rentre à Paris et j’aimerais vraiment être guide dans un musée. J’ai toujours en tête l’intervention brillante d’un guide à Beaubourg qui nous avait parlé de Yves Klein. Rarement quelqu’un m’avait autant donné envie d’apprendre. Je pense qu’il est important pour nous de parler d’art et de l’ouvrir à d’autres.

Célyne en 4ème année à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs
Paris

Parcours : après avoir obtenu mon bac, spécialité était Histoire des Arts je suis allée en année préparatoire à l’Atelier de Sèvres (Paris), un an, pour, à l’issue, passer des concours pour des écoles d’arts appliqués.
Je suis à présent aux Arts deco de paris, en design graphique en 4eme année sur 5, en train de faire mon mémoire : "Manifestes - et écrits ayant valeur de manifeste - en lien avec le graphisme et la typographie : utilisation et force des mots" (je n’ai pas encore réussi à faire plus court...). Je voulais aborder le lien entre théorie et pratique dans le milieu du design graphique, la revendication et l’affirmation d’idées... je réalise au fur et à mesure de l’année que j’aurais pu prendre plus simple comme sujet mais bon...

Conseils : pour l’orientation, je sais que quelques élèves dans ma classe avaient
des doutes, ou restaient indécis quant à ce qu’ils souhaitaient faire
après le bac… Dans ce cas, j’aurais tendance à leur demander plutôt ce
qu’ils ne veulent absolument pas faire. Cela permet d’éliminer pas mal
de possibilités.
Prendre très au sérieux le système d’APB même s’il n’est pas toujours
facile : cela comprend aussi, mais on nous le répétait déjà et malgré
tout, des erreurs sont arrivées, faire très très attention à l’ordre
des vœux ! Quelques amis ont souvent changé de voie pour leur second
semestre en fac parce qu’ils s’étaient rendu compte qu’ils avaient
trié leurs vœux à la légère.
Pour ceux qui envisagent de poursuivre dans les arts appliqués :
travailler raisonnablement (contrairement à ce qu’on dit, il est bien
plus efficace de travailler peu mais régulièrement que beaucoup d’un
coup, cela permet un recul salvateur bien souvent), et toujours rester
calme (envers et contre la critique !)

Mélisande Master 1 à l’ECV (Ecole de Communication Visuelle) ,
Spécialité photo

Bac L spécialité Histoire des Arts + option art plastique en facultatif

Parcours depuis le Bac :
une année de Prépa en art sur Paris, une année aux Beaux arts de Lyon, puis je suis entrée directement en 2emeannée de l’ECV Paris par concours (Ecole de Communication Visuelle).
- Master à l’ECV avec spécialité photo
Puis option typographie/édition (les autres choix étaient packaging ou publicité). J’ai eu mon diplôme en Juin dernier avec une mention Bien.
- Je cherche activement du travail dans le domaine de l’édition, de la typographie et du graphisme en général mais avec un rapport au domaine du luxe et surtout de l’art.

Guillaume graphisme – conception de personnages 2D 3D

Bac L spé histoire des arts

Je finis ma dernière année d’études de graphismes. L’école se nomme "New3dge" et cela fait 4 ans que j’y étudie. C’est dans le 15ème.
Je suis spécialisé dans la conception de personnages et d’environnements en 2D et 3D
Filière "game art".

Camille licence d’illustration à Liverpool

Il y a trois ans, j’ai raté ma (seconde) seconde année de double licence anglais / histoire de l’art, ce qui m’a donné l’opportunité de déménager en Angleterre et commencer une licence en Illustration à la John Moores University de Liverpool. Et, au final, c’était ce que je recherchais : plus l’action que l’histoire !
Je suis donc en pleine deuxième année, et tout se passe très bien ; il faut dire qu’avoir eu histoire de l’art depuis le lycée donne un sérieux avantage en ce qui concerne les références ! Certains dans ma classe toujours pensent que Michel-Ange est un tortue ninja. Pour résumer, je suis donc un peu en retard comparé à mes anciens camarades, mais très heureuse de l’être !

Marie en 2éme année de graphisme à Lisaa

Stylisme

Cécile styliste et conseillère en image

Bac L spé histoire des arts

Après l’ESMOD en 2009, je suis partie aux États-Unis pendant 6 mois où j’ai assisté non officiellement une créatrice de vêtements, puis, une fois rentrée en France en 2010, j’ai déménagé à Montpellier. J’ai créé mon auto-entreprise de création de vêtements femme, mais n’ai pas trop réussi à lancer l’affaire, perturbée par ma vie personnelle.

Depuis juin 2014, je suis en couveuse, cad en "test d’activité" ; concrètement, c’est comme être une indépendante, mais sous la responsabilité financière et juridique de la couveuse. Mon activité principale est le stylisme et le conseil en image, ainsi que l’organisation d’évènements privés. J’en suis arrivée là car ce sont en fait des métiers que je faisais déjà avec mes proches et leurs proches depuis quelques années, et j’ai décidé de me lancer. C’est très récent (mon site et mes docs de com n’ont été finalisés qu’en décembre), donc je n’ai aucun recul. Mais je suis contente, cette fois, je me sens enfin sûre de moi et de mes compétences (mieux vaut tard que jamais !) ; j’ai confiance, je pense que ça va marcher. J’ai eu il n’y a pas longtemps mes premières clientes pour une cérémonie de mariage .

D’autre part, je donne aussi des cours de couture ; je propose des cours en groupe en partenariat avec un magasin de machines à coudre de Montpellier, mais qui pour l’instant ne démarrent pas ; et des cours particuliers chez moi, car j’ai une pièce pour travailler ; j’ai quelques élèves et ça se passe très bien. Mais ce n’est pas l’activité que je préfèrerais développer à long terme (bien que j’aime le côté prof plus que je ne m’y attendais ;)).

Anne styliste modéliste

Bac L spécialité histoire des arts
J’ai mis quelques années à trouver ma voie.
J’ai commencé par faire une prépa arts appliqués, puis un an de droit, un an en tant que vendeuse en prêt à porter, pour finalement découvrir une nouvelle passion qu’est la couture. J’ai donc fait le cursus mode à LISAA que j’ai terminé il y a un an.
Depuis j’ai travaillé en tant que free-lance pour Castelbajac et, depuis septembre, j’enseigne le modélisme dans la même école.

Célia Styliste modéliste

j’ai choisi la filière L Spécialité/Option Histoire des Arts car je préférais les matières littéraires et que j’ai toujours su que je voulais travailler dans le milieu artistique.
Après le bac je suis rentrée en prépa artistique (qui est maintenant devenue une première année basique) aux Ateliers Chardon Savard, école de mode à Paris. J’y ai enchainé 3 années (2 de cours + 1 de stage) et j’ai eu mon diplôme de styliste modéliste en septembre 2014.
J’ai créé une entreprise via un statut d’auto-entrepreneur fin septembre 2014 et travaille en ce moment en free-lance. Je fais des vêtements sur mesure, des retouches et aussi de la broderie...


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Blaise Pascal à Orsay (Académie de Versailles)
Directeur de publication : M. Edouard Berteaux, Proviseur