Lycée Blaise Pascal à Orsay
18-20 rue Alexandre Fleming - 91401 Orsay Cedex - 01 64 86 16 00
Site de l'académie de Versailles

Accueil > Le Secondaire > Des parcours d’anciens élèves de TL > Les parcours classés par catégories professionnelles > Droit et administrations

Droit et administrations

Thomas Avocat

Bac L spé Anglais renforcé
J’aime la littérature, l’écriture et les langues. C’est la filière qui me correspondait le plus.
- parcours depuis le BAC : Fac de droit à Paris sud ; master 2 droit des contrats et master 2 droit de la responsabilité médicale ; puis institut d’études judiciaires toujours à Sceaux (= préparation à l’entrée à l’école d’avocats et à la magistrature), puis école d’avocats (CRFPA de Versailles).
- conseils pour les étudiants : en ce qui me concerne, mon entourage (y compris des professeurs au collège/lycée) a cherché à me dissuader d’opter pour la filière L, au motif que c’était une filière sans débouchés et qu’il valait mieux "faire S" pour faire du droit. Je pense aujourd’hui avoir prouvé le contraire. Mon conseil serait donc peut être celui-ci : ne pas avoir peur de choisir cette filière qui est une excellente formation, et qui mène à un large choix de cursus.

Vanessa Avocate

Après des études à la faculté de droits de Sceaux, Vanessa travaille dans un cabinet d’avocat sur Paris. Elle est spécialisée en contrat des marchés publics.

Sophie Chargée de relation artistique à la SPEDIDAM

Bac L spé histoire des arts
Après des études (licence en histoire de l’art, master 1 Droit public des affaires et Master 2 Juriste-Administrateur de structures culturelles et artistiques), j’ai effectué mes deux stages de fin d’études dans des sociétés de gestion des droits d’auteur (SACEM et SACD) et je travaille depuis mars 2011 à la SPEDIDAM qui est une société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes (équivalent de la SACEM mais uniquement réservée aux artistes interprètes). J’y suis chargée de relations artistiques en CDI. Le travail est essentiellement administratif (gestion des dossiers d’adhésion, de déclarations, suivi de carrière) mais surtout relationnel (en permanence au contact des artistes). J’ai trouvé ce travail en postulant à une offre d’emploi sur le site du Figaro, le secteur du droit d’auteur m’attirant tout particulièrement.

Julie diplômée de droit franco-allemand et de droit international public

J’ai fait un Bac L Spécialité Histoire des arts. La section L correspondait le mieux à mon profil. je savais que je ne voulais pas m’orienter dans le domaine scientifique, et me suis toujours intéressée pour les matières littéraires, l’histoire et l’art. Et surtout je n’ai jamais cru au cliché comme quoi si on fait L, on se retrouve bloqué dans sa poursuite d’études !

Après le bac j’ai intégré le cursus de droit franco-allemand (qui existe d’ailleurs avec d’autres langues, si jamais cela intéresse des élèves) de l’université de Nanterre, en partenariat avec l’université de Potsdam. J’ai passé ma L1 et L2 à Berlin, ma L3 à Paris.
Après ma licence j’ai continué dans le cursus du double diplôme en me spécialisant plus particulièrement dans le droit international public dans le cadre de mes deux années de master, en vivant à Berlin. J’ai également effectué un diplôme subsidiaire de droit (LLM) à l’université allemande pendant mon M1. En septembre, j’ai fini de passer mes derniers examens de M2 à Paris et ayant envie d’apprendre l’espagnol et de découvrir d’autres cultures. Je suis depuis novembre en Colombie où je travaille en tant que bénévole dans une ONG locale. C’est un pays merveilleux ! Je pense revenir en Europe en mai, et ensuite chercher du travail en Allemagne.
- conseils pour les étudiants : surtout partez à l’étranger !! vraiment il n’y a que du positif pour vous même et pour votre futur, et ça nous ouvre les yeux sur le système éducatif francais (rigide et stressant). Personnellement, je n’ai qu’une envie : repartir. Et puis pour ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent faire, pourquoi pas faire une année à l’étranger (de fille au pair par exemple. En Allemagne par exemple on incite beaucoup plus les lycéens à partir à l’étranger et à se prendre un peu plus de temps pour réfléchir à ce qu’ils veulent étudier).
Pour ceux que ça pourrait intéresser, il y a de nombreux doubles diplômes à l’université de Nanterre qui ont une bonne réputation. Il y a par exemple de nombreux droits/langue (avec l’allemand, l’espagnol, anglo-américain, russe).

Pauline Juriste

Bac L spé histoire des arts

J’ai suivi une licence et un master de droit à Sceaux. Je me suis spécialisée en droits des affaires, puis j’ai effectué mon master 2 à Paris 1 (Sorbonne), avant de passer l’examen d’entrée à l’Ecole de Formation du barreau de Paris.
Durant ma scolarité, j’ai effectué de nombreux stages en cabinet d’avocats, et me suis spécialisée en contentieux des affaires. J’ai également pu partir 8 mois sur le campus de Berkeley à San Francisco. J’ai passé l’examen de sortie de l’école, j’ai obtenu mon diplôme.
Je suis actuellement juriste au sein de la direction juridique d’une banque à Paris

J’espère que tout cela pourra aider les littéraires. Les recruteurs m’ont souvent posé des questions sur mes études littéraires et sur l’option histoire des arts. J’en garde un excellent souvenir !

Fanny assistante sociale

Bac L option russe, par intérêt pour les lettres, l’histoire et les langues.
- parcours depuis le BAC : j’ai passé un master en droit privé et un diplôme d’Etat d’assistante sociale
- projets : continuer sur le terrain puis peut-être passer dans l’encadrement ou la formation
- conseils pour les étudiants : écoutez vos envies et essayez de prendre contact avec le monde du travail par des jobs d’été tôt. Cela vous permettrait de prendre conscience de vos capacités, du fonctionnement du marché du travail et d’adapter vos envies à la réalité du monde professionnel. Profitez de vos années d’étudiants pour réaliser plein de projets, vous épanouir et vous trouver professionnellement.

Aurélie Inspecteur des douanes

Bac spé histoire des arts et espagnol LV3
- parcours depuis le BAC :
hypokhâgne, fac de droit jusqu’au master en droit communautaire (Montpellier, Canada et Strasbourg), puis concours des douanes.
- projets : peut être les concours des institutions communautaires ou un détachement à l’étranger, on verra bien.
- conseils pour les étudiants : bien s’informer sur les débouchées des filières et se garder toujours une porte de sortie, sans pour autant renoncer à ce qui vous plait vraiment.

Zarah En master de droit

Bac L spé histoire des arts
Mon choix numéro 1 APB était la double licence Sciences po/ Histoire : j’ai passé le concours Sciences Po Paris, j’ai été admissible mais n’ayant pas eu l’oral j’étais alors inscrite simplement en fac d’histoire et ça ne m’intéressait pas. Du coup j’ai décidé de retenter ma chance au concours Sciences Po l’année suivante et pour cela je ne devais pas m’inscrire à la fac. J’ai alors pris une année sabbatique et ai effectué un stage à l’Ile Maurice dans une radio locale pendant 6 mois. J’ai repassé le concours Sciences Po sans succès.

Je m’étais inscrite en prépa ENS Cachan D1. C’est un cursus partagé entre la fac de droit de Sceaux et le lycée Marie Curie à Sceaux, qui me permettait de passer plein de concours dont le Celsa pour faire du journalisme que j’ai découvert et apprécié pendant mon stage à la radio.

La prépa a duré deux ans, et pendant ce temps là je me suis découverte une passion pour le droit, qui m’intéressait plus que le journalisme. Du coup je suis restée à la fac de Sceaux pour ma licence de droit que j’ai obtenu l’année dernière. Les deux premières années sont généralistes et lors de la troisième on peut choisir une spécialité en droit privé, droit des entreprises ou droit public, j’ai choisi l’option public.

Cette année je suis en Master 1, toujours à Sceaux, de droit international et européen des affaires, mention privé. Parallèlement je suis inscrite au centre audiovisuel des études juridiques à Paris 1 (formation par correspondance) en master 1 droit des affaires, et je prépare aussi le Cambridge Advanced pour avoir un meilleur niveau d’anglais.

Voilà où j’en suis pour le moment. Je vous donne aussi mon projet futur si cela peut vous intéresser : l’année prochaine je souhaite intégrer un Master 2 du droit des activités spatiales et des télécommunications. Après cela je souhaite passer le barreau pour devenir avocate. Je ferai ensuite une année de droit à l’étranger (un LLM en Angleterre ou aux Etats-Unis), et ensuite finir par une thèse pour pouvoir aussi embrasser dans une deuxième partie de carrière le métier de professeur.

Jessica agent des finances publiques

Bac L spé anglais
Et bien 3 jours avant les résultats du bac j’ai appris que j’avais été reçue au concours d’adjoint administratif à la préfecture de police. Prise de poste décembre au service des cartes grises à Paris Cité.

Et depuis 3 mois, suite à un nouveau concours, j’ai intégré le ministère des finances. Actuellement je suis en stage pour 6 semaines à noisy le grand à l’école nationale des finances publiques.
Je suis agent des finances publiques. C’est une formation très générale. Je suis déjà affectée au centre des impôts des particuliers de palaiseau. Je m’occupe d’établir les impôts. C’est intéressant mais très complexe. Je suis initiée à la compta ! Pour une ancienne L il y a de quoi avoir un peu mal à la tête mais ça se passe bien !

Barbara fac de droit

- parcours depuis le BAC : fac de droit
- projets : devenir avocat/magistrat
- conseils pour les étudiants : toujours croire en soi et ne jamais se relâcher.

Chloé M1 de droit social

Bac L spé histoire des arts
Je suis en Master 1 de droit social, à Sceaux, l’université Paris Sud XI. Après 3 ans de licence de droit

Elise En 3ème année de droit

L spé anglais
J’ai choisi L parce que j’aimais bien le français, et surtout parce que la filière L est celle qui propose le plus d’heures de langues et que c’était sur quoi je voulais mettre l’accent, sans compter que les mathématiques ne me passionnaient vraiment pas. De plus, je voulais faire du droit et je savais qu’il n’y avait pas de filière exigée, j’ai donc choisi la L parce que c’est ce qui m’intéressait le plus.

Je suis aujourd’hui en 3ème année de droit spécialité droit de l’entreprise et de parcours études juridiques comparatives et internationales à la fac de droit de Sceaux. Je dois partir en septembre prochain dans un programme appelé LLM à l’étranger pendant un an, sûrement en Suède ou aux Pays Bas.

Adam études de droit à la faculté Jean Monnet, Orsay

Bac L spécialité histoire des arts

Malheureusement je refais encore une fois la deuxième année après un échec l’année dernière. J’étais à Orsay ; je suis passé à sceaux. Pas très drôle de redoubler mais sans travail on arrive à rien, il faut bien le reconnaître.
Quelques expériences pro dans le même temps, pas beaucoup de rapport avec la L ni le droit (vente, services de l’entreprise, etc..).
À noter quand même pour les éventuels L qui voudraient se lancer en droit : même si ça reste une matière littéraire, c’est quand même très éloigné de ce qu’on fait L (méthodologies du commentaire et de la dissertation radicalement différentes), et les épreuves de partiels sont très longues (de 3 à 6h), donc il faut aimer composer. Surtout, ça demande un travail énorme, digne d’une fac de médecine ou d’une prépa lettres, alors il ne faut pas y aller en se disant "c’est la fac c’est cool, j’ai mon diplôme et après je verrai", l’obtention du diplôme en question est rendue extrêmement difficile par une sélection sur l’année (un "saquage" en fait, pur et dur). Pour les motivés aucun souci, la meilleure manière de réussir en droit reste d’avoir un objectif plutôt que de se lancer "à l’aveugle". C’est vrai pour les deux facs que j’ai connues, et les gens d’Assas et de La Sorbonne tiennent les mêmes propos. Voilà pour l’essentiel.

Mes projets : entrer dans la police en tant qu’officier après avoir obtenu un master 1 en droit (ou une licence si une opportunité de passer le concours en avance se présente).

Camille DUT carrières sociales

Bac L spé histoire des arts

Aujourd’hui, je suis en DUT carrières sociales option animation sociale et socio-culturelle à l’Université Paris Descartes.
Ma formation est très variée, j’ai à la fois de la psychologie, du droit, de la communication, du cinéma, de la lecture à voix haute, de l’histoire du social, des maths (facile), de la démographie, de la sciences politiques, de la sociologie, de l’épistémologie, de la comptabilité et de la gestion et je fais énormément de choses au sujet de la culture.
Dans ma formation, je me retrouve avec beaucoup de S et surtout des ES mais aussi des personnes qui viennent de bac technologiques.

Cette formation de deux ans va me permettre d’accéder à de nombreux métiers dans la culture ou encore dans des centres sociaux... Parmi les personnes dans ma classe, plusieurs veulent devenir professeurs des écoles, ouvrir une association de danse, travailler ensuite en tant qu’éducateur de rue ou éducateur spécialisé, faire de l’art thérapie, faire des animations dans des théâtres ou encore dans des musées, travailler dans le domaine de la petite enfance ou encore dans les maisons de retraites.

Au sein de cette formation, nous avons des stages, un stage de 4 semaines en première année et un stage de deux mois en deuxième année. Moi par exemple, en ce moment je suis en stage en Collège, en SEGPA à Paris, un collège accueillant des élèves en difficultés scolaires ou encore des élèves avec des troubles du comportement. Mais d’autres personnes dans ma classe créent des événements comme des battles de danse, des expositions...

Suite à ces deux ans d’études, je souhaite faire une licence professionnelle en intervention sociale et passer le concours pour devenir conseillère pénitentiaire d’insertion et de probation. Les conseillers d’insertion et de probation sont chargés d’aider le détenu en prison à maintenir un lien social avec le monde extérieur (famille, amis,...) duquel il est coupé afin que quand il sort, il arrive à reprendre ses marques rapidement. Sa mission c’est également aider le détenu à réinsérer le détenu dans la vie professionnel après sa sortie mais également à trouver un logement... C’est aussi pour les condamnés qui ont un bracelet électronique et des travaux d’intérêts généraux à faire, il va être chargé de vérifier qu’il respecte bien ce que le juge a décidé.

Manon étudiante en justice criminelle en Pennsylvanie

Bac L spé histoire des arts
Je suis étudiante aux États Unis. J’étudie la justice criminelle en Pennsylvanie. Je suis partie juste après le bac dans une famille d’accueil et décidée de rester étudier là bas
Le cursus dure 4 ans minimum mais je vais sûrement faire 5 ou 6 ans pour faire un master. Je ne suis pas sûre pour l’instant ! Sûrement quelque chose qui touche plus à la psychologie ou sociologie. Par exemple criminologiste.

Marie Etudes de droit

Je suis en licence de droit, première année. Tout d’abord pour réussir en droit il faut savoir, disserter et commenter, ce qui est évidemment l’un des principaux exercices du bac L. Cette filière apprend à organiser ces idées. De même les nombreux oraux de langues préparent les futurs étudiants aux oraux qu’ils rencontreront nécessairement dans leurs études. De plus cette filière impose aux élèves de développer une certaine autonomie ce qui est, bien sur, primordial dans la réussite de tout type d’étude à la faculté.
Plus tard, après une licence en droit et un master, je compte passer le concours de la magistrature qui se résume en 6 épreuves de 5h de dissertation, dont un grand oral.

Lucile en 2ème année de droit à Sceaux

Bac L spé histoire des arts

Oona en deuxième année de Droit-Langues à Tours

Bac L spé anglais
je n’ai pas d’idées fixes pour le moment, mais j’ai choisi cette filière pour m’orienter vers du droit international.

Claire Etudes de droit à la faculté Jean Monnet de Sceaux

Bac L spécialité histoire des arts

Ancienne élève du Lycée Blaise Pascal, je suis actuellement étudiante en droit à la faculté Jean Monnet à Sceaux.
Au cours de mes études au lycée, j’ai suivi un cursus littéraire qui m’aide régulièrement dans les études que je poursuis. En effet, le droit tout comme les études littéraires est une formation qui nécessite tout à la fois des qualités de rédaction et de réflexion mais également une grande capacité d’apprentissage. Ainsi tout au long de mes études de droit, il m’est nécessaire de savoir réfléchir logiquement et précisément et c’est notamment les nombreuses dissertations et commentaires que j’ai eu à faire au cours de mes années au lycée qui me permettent aujourd’hui d’avoir un esprit logique, synthétique et clair.
Par ailleurs, une grande connaissance de l’histoire est également nécessaire à l’étude du droit. Une grande partie de la base de l’enseignement en droit est constituée de nombreuse matières qui expliquent ses origines comme l’histoire des institutions ou encore l’histoire de la construction européenne. Lors de mes études littéraires, j’ai pu assimiler une culture historique qui me permet aujourd’hui de mieux comprendre ces cours essentiels à la compréhension du droit.
De plus, les études littéraire et dans mon cas les cours d’histoire des arts m’ont permis d’avoir une grande ouverture d’esprit sur le monde d’aujourd’hui et d’acquérir les bases d’une culture que je continue de consolider. C’est très utile pour avoir un raisonnement solide dans mes devoirs et me permettre, parfois, de me distinguer de mes camarades. En outre, les études de droit ne sont pas faciles et demandent une grande persévérance ; c’est avec cette persévérance que j’ai réussi mes études au lycée et elle m’est aujourd’hui encore très utile.
Pour finir, certains métiers du droit pourront vous permette de poursuivre des passions, qui peut être comme moi se sont créée au cours de vos études littéraires. Je pense notamment à des métiers comme commissaire-priseur ou encore les masters qui concernent la propriété littéraire, artistique et industrielle. Ces métiers vous permettront de travailler dans le domaine de l’art et de poursuivre votre intérêt pour la musique, la littérature, la peinture…

Par ailleurs il faut savoir, pour ceux que ça intéresserait, que la faculté de droit de Sceaux propose également un enseignement en double cursus droit / histoire des arts en partenariat avec l’école du Louvre. Ce cursus vous permettra d’obtenir une double licence en histoire des arts et en droit qui vous sera très utile notamment pour accéder à la formation de métier de commissaire priseur. C’est une classe sélective qui choisit ses élèves sur dossier.

Pour ma part, je suis très intéressée par un master de "Droit de l’innovation de la communication et de la culture » et également un master de "Droit des activités internationales et européennes ». Cependant mon choix n’est pas fixé et la grande diversité des enseignements proposés par les facultés de droit m’ouvre beaucoup de portes.

En espérant vous avoir donné l’envie de poursuivre des études de droit par la suite.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Blaise Pascal à Orsay (Académie de Versailles)
Directeur de publication : M. Edouard Berteaux, Proviseur