Lycée Blaise Pascal à Orsay
18-20 rue Alexandre Fleming - 91401 Orsay Cedex - 01 64 86 16 00
Site de l'académie de Versailles

Accueil > Le Secondaire > Des parcours d’anciens élèves de TL > Les parcours classés par catégories professionnelles > Management - Stratégie - Conseil - Relations internationales

Management - Stratégie - Conseil - Relations internationales

Sarah Chargée de projet dans un cabinet d’audit au sein de la direction économique et solidaire

Voilà les principales lignes de mon parcours :
- prépa littéraire au lycée Descartes à Antony
- bi-deug Histoire-Science politique à Paris I
- licence Science Politique à Paris I
- master 1 Science Politique option relations internationales toujours à Paris I
- master 2 à l’IRIS en coopération décentralisée
- mastère spécialisé en management de projets internationaux et RH au CNAM-IIM.

Tout au long de mes études, différents stages pour tester mes idées de métiers : préfecture de Guadeloupe (coopération régionale), CEIS (conseil en intelligence économique), GIP Santé Protection Sociale internationale, Fondation Orange...

Puis j’ai continué dans la branche du mécénat, en particulier le mécénat d’entreprise avec 4 ans dans l’association ADMICAL, sorte de fédération des entreprises mécènes en tant que responsable de formations, études et chargée de formation.
J’ai changé en novembre pour intégrer KPMG, gros cabinet d’audit et d’expertise comptable (pas du tout mes sujets !) mais au sein de leur direction Economie sociale et solidaire. J’y suis chargée de projets... Enfin quand j’y retournerai en juin après avoir mené à bien une autre grande étape : l’arrivée d’un petit garçon !

Ce dernier point intéressera peut-être moins les élèves bien que ça puisse aussi peut-être changer les mentalités : oui, il existe des employeurs qui embauchent des femmes enceintes ! :-)

Tina Conseillère dans le secteur financier, à Londres

Parcours depuis le BAC (bac L avec Russe) :
- hypokhâgne au lycée Fénelon à Paris
- études de droit et Master 2 en Droit des Affaires de la faculté de Sceaux
- 1 an d’expérience dans un cabinet d’avocats en droit des affaires
- puis Master en littérature anglaise de la University of Westminster (Londres).
J’ai ensuite cherché sur Londres un emploi qui me permette de combiner mes connaissances en droit et en littérature avec mes qualités relationnelles et mon sens de l’organisation. J’ai été prise à IBM, en tant que Consultante en business et IT.
- j’ai récemment changé d’entreprise : je travaille toujours à Londres mais pour une boîte anglaise qui fait du conseil dans le secteur financier. On aide surtout les banques à mettre en place les nouvelles régulations européennes.

Conseils pour les étudiants : profiter pleinement de la filière littéraire et ne pas croire qu’on se ferme des portes en faisant un Bac L. Il est tout à fait possible de faire une école de commerce, du droit ou autre après un Bac L. Il suffit de travailler dur, d’être le meilleur dans ce qu’on fait et surtout d’y croire. Aussi, ne jamais hésiter à citer Nietzsche ou faire référence à Josquin-des-Prez en société, ça fait bonne figure et on sait jamais ça pourrait même vous obtenir un stage !

Laure développe de nouveaux modèles d’entreprise pour GDF-Suez basée à Dubai (pour l’Inde, le Pakistan, et l’Afrique)

- Bac L Spécialité histoire des arts, option russe LV3. À l’époque j’étais passionnée d’histoire, histoire des arts, littérature et je voulais apprendre le russe. Cela me paraissait le meilleur choix. J’hésitais entre poursuivre dans l’histoire des arts ou passer sciences po.

Parcours depuis le BAC :
- Tout de suite après le bac, je me suis préparée seule au concours de sciences po Paris que j’ai décroché en septembre 2005. De 2005 à 2007, j’ai été en classe à sciences po à Paris.
- De 2007-2008, je suis partie en échange un semestre à l’université d’état de Moscou en Russie, puis un semestre à l’université d’Amsterdam. À Amsterdam, j’ai aussi travaillé à mi-temps en marketing chez Philips. En septembre 2008 j’ai commencé un master en finance (et j’ai donc repris les maths...) toujours à sciences po.
- De 2009-2010, j’ai travaillé un an en année de césure chez GDF Suez sur leurs projets français, russes, brésiliens et espagnols.
Je suis partie deux mois en été 2010 à l’université du peuple de Beijing pour apprendre le chinois et approfondir mes connaissances du marche énergétique chinois.
- En septembre 2010 jusqu’en janvier 2011, j’ai effectué mon dernier semestre de master en choisissant la spécialisation international business : financement de projets, énergie, pays émergents.
- De 2011 à 2012 : j’ai décroché un VIE (sorte de super stage) chez Total au Kazakhstan, j’ai donc demande à être diplômée en avance et suis partie travailler au Kazakhstan comme business developper junior.
- En avril 2011, j’ai été embauchée en CDI chez International Power, le bras international de GDF Suez, à Londres dans l’equipe de Penny Chalmers, la Directrice de la Stratégie. J’ai travaillé comme analyste en stratégie à Londres et en Thailande.

- Aujourd’hui je travaille pour GDF SUEZ basée à Dubai, aux Emirats Arabes Unis. Mon rôle est de réfléchir à la façon de mettre en place un nouveau modèle d’entreprise (plus de renouvelables, de production d’électricité autonome, nouveaux types de clients, nouvelles technologies) pour l’Inde, le Pakistan et l’Afrique. Je trouve une idée commerciale - même la plus folle - et comme un entrepreneur j’essaie de la développer, de la financer, de la structurer pour après l’intégrer au sein de mon organisation.
Les enjeux énergétiques et les contacts avec les gens m’ont toujours passionnée. Il n’y a pas une semaine où ma formation en Histoire des Arts ne m’est pas utile : pour comprendre un contexte culturel très différent ou être capable de commencer une réunion avec de nouveaux partenaires en montrant une curiosité débordante pour ce qui fait la beauté d’un pays : son art.

- vos conseils pour les étudiants ? De ne jamais lâcher son rêve et de tout faire pour y parvenir. De beaucoup travailler les langues : l’anglais ne suffit plus, il faut en maitriser une autre, si possible rare, et de ne pas hésiter a prendre des risques dans la construction de son parcours pour se rendre unique. Je peux vous dire que je suis la seule sciences po Paris à être au Kazakhstan en ce moment... Et à avoir vécu en Russie, en Chine et maintenant ici. D’user et d’abuser de sa formation littéraire qui apprend a écrire, à analyser, à cultiver ses gouts, à se construire des références : tout cela sera réutilisé dans la vie professionnelle par la suite. Ne pas hésiter aussi à quitter la France pour aller étudier ou faire des stages à l’étranger, afin d’ouvrir les yeux sur d’autres réalités, de se frotter à un autre monde. Et enfin, essayer de se garder un maximum de portes ouvertes en commençant ses études dans des cursus utiles et ouverts : ne pas avoir peur des maths et en refaire un peu, faire de l’économie, des relations internationales, de la gestion, des langues, de la communication, etc. Car malheureusement à moins d’avoir la vocation, faire une licence en histoire médiévale du théâtre parce qu’à 18 ans on trouve ça cool, ne débouchera sur aucun boulot. Il faut parfois se dire qu’on serre un peu les dents pendant un ou deux ans mais qu’après ça sera utile. Enfin, de profiter de sa vie étudiante pour se forger une opinion en participant à des journaux, en étant actif dans des associations, en prenant part à la vie politique, bref, expérimenter car on ne vous le reprochera jamais ! Et vous apprendrez beaucoup.

Augustin Compensation analyst chez Schlumberger

Parcours :

- 2005 : Baccalauréat littéraire mention « très bien », spécialité Histoire des Arts
- Premier Accessit de composition philosophique au Concours Général des lycées
- 2005-2008 : Lycée Lakanal : classes préparatoires lettres supérieures A/L
Université Paris-Sorbonne : licence de philosophie par équivalences, mention « très bien »
Admissible à l’ENS-LSH
- 2008-2011 : Sciences Po Paris, master Affaires Publiques
- 2012 : master en ressources humaines à Cornell (dans l’état de New York) dans le cadre de l’accord de double diplôme avec le MS conseil de l’ESCP (un an à l’ESCP et un an à Cornell)
- Je travaille depuis juin 2013 comme "Compensation Analyst" (spécialiste de la rémunération) chez Schlumberger (numéro un mondial des services pétroliers).
J’ai pour projet de changer bientôt d’entreprise, pour me rapprocher de ma compagne qui vit en Californie.

Conseils pour les étudiants ?
- Pour les étudiants de seconde qui hésitent : il ne faut pas aller en L par défaut, mais seulement par intérêt pour les matières. Et une fois qu’on y est, il ne faut pas se laisser aller et considérer le travail avec sérieux et méthode. De manière générale le contenu de la filière est passionnant et mérite qu’on s’y intéresse. La filière L mène à beaucoup de métiers.
- Pour les étudiants de L : réfléchir en amont à ses envies, aux grands domaines qui peuvent intéresser. Pour ceux qui ne savent pas, bien se dire que l’hésitation est un luxe qui se paye par le travail, car la prépa (moyen rêvé de ne pas avoir à faire de choix d’orientation définitif à la sortie du lycée) est relativement difficile d’entrée. Et surtout, garder l’esprit ouvert : les parcours des anciens sont très variés, et les possibles restent nombreux !

Etienne Directeur de Cabinet du maire de Marly le Roi

- bac L Spécialité Histoire des arts et option Latin. J’ai choisi d’aller en L pour une raison simple : un attrait évident pour les lettres, les langues, l’histoire et les arts. Par ailleurs, sans prétention aucune, j’avais la chance d’avoir quelques facilités "scolaires" dans ces matières. Mais, au-delà de cette réponse purement académique, le choix s’est imposé de lui-même : j’étais vraiment passionné par la littérature (et rassurez-vous, ça ne s’estompe pas avec le temps, je le suis toujours !).

- Parcours depuis le BAC
Après 3 ans de CPGE littéraires (Janson et Victor Duruy), j’ai intégré Sciences Po Paris (Master Affaires publiques, mention Culture). J’ai été diplômé en 2013. À partir de là, ne souhaitant pas préparer les grands concours administratifs, je me suis mis à rechercher un emploi. Je me suis orienté vers le lobbying et le conseil en affaires publiques. Après un très long processus de recrutement chez Canal+ (qui au bout de 5 mois n’a finalement pas abouti), j’ai répondu à une offre publiée sur l’intranet de Sciences Po. En réalité, je pensais être sous-qualifié pour le poste mais, à cœur vaillant rien d’impossible, je suis maintenant Directeur de cabinet du maire de Marly-le-Roi et Président de la Communauté de communes Saint-Germain, Seine et forêts !

J’ai pris mes fonctions le 1er juillet dernier. J’ai donc un statut de contractuel n’étant pas titulaire de la fonction publique. Je ne souhaite pas, d’ailleurs, passer les concours permettant la titularisation car je n’exclus pas un retour dans le privé au cours de ma carrière.

Conseils pour les étudiants : j’aimerais juste dire aux étudiants de ne jamais abandonner leurs rêves et de toujours croire en eux. Je suis passé par des échecs (notamment aux concours) mais ce sont ces moments qui permettent de rebondir, de se poser les bonnes questions (voire de se réorienter si nécessaire). Et s’il y a bien un enseignement à tirer des études supérieures, c’est que les certitudes sont faites pour être ébranlées ! Il faut rester alerte, intéressé, dynamique, accepter ses forces et ses faiblesses. Vous avez la chance d’être encadrés par une équipe pédagogique formidable à Blaise Pascal, profitez-en un maximum et surtout, écoutez les conseils de vos professeurs.

Lara diplômée de Sciences Po Aix, en stage dans un cabinet de conseil

- J’ai choisi d’aller en L par passion pour la littérature et les langues étrangères, et parce que la section L me semblait être plus propice à une ouverture d’esprit sur le monde dans un aspect global (enjeux...) plutôt que scientifique. J’envisageais également de tenter les concours Sciences Po, et à la vue de la nature des épreuves, il m’a semblé que les cours dispensés en L étaient plus cohérents avec ce but que les autres sections
- j’ai ensuite été reçue à Sciences Po Aix, cursus qui a débouché sur un master en Affaires culturelles et mécénat.
- j’ai aussi eu la chance de vivre un an en Australie pendant ma 3ème année d’études, en échange universitaire à Sydney. C’était incroyable, j’ai adoré.
- je commence un stage (payé) chez EcoAct, un cabinet de conseil en développement durable et compensation carbone où je vais bosser surtout autour de la COP21 (grande enquête européenne, livre blanc des partenaires, négociations clients... pour présenter des propositions claires et concrètes à la Conf en décembre 2015 !).
- projets : travailler soit dans le management culturel et artistique soit dans le développement durable.

- Conseils pour les étudiants : suivre sa passion tout en gardant les pieds sur terre. La section L et par la suite le domaine des Lettres fait peur à des générations de parents (je l’ai vécu) mais si vous réfléchissez bien à ce que vous êtes capables de faire, ce que vous aimez faire par-dessus tout et ce à quoi cela peut vous mener professionnellement, et que tout cela correspond au domaine littéraire, alors foncez ! Il est facile de s’imaginer devenir artiste ou poète ou ce genre d’idéal, mais en dépit de toutes vos qualités, il faut avoir le sens des réalités et avoir une solution de secours. Ne pas reculer devant une formation en économie par exemple… Enfin, et c’est peut-être par passion personnelle mais pas uniquement il me semble, les langues étrangères sont absolument essentielles de nos jours. Anglais, certes ; si vous ne savez pas le parler correctement après près de 7 ans d’enseignement, cela vous jouera très probablement des tours. Une seconde langue est un atout imparable, surtout à l’étranger.

Alix diplômée de Science Po Aix-Freiburg en master de politique publique

J’ai fait un bac L avec anglais de complément et espagnol LV3.
Mon choix n’était pas un choix par défaut : j’ai choisi d’aller dans la section littéraire car c’est celle dont les matières offertes correspondaient le plus à mes centres d’intérêt. J’avais de bonnes notes dans l’ensemble des matières mais c’est en particulier le français, l’histoire et les langues qui m’intéressaient. Par ailleurs, j’avais demandé à assister à un cours de philosophie pour avoir une idée de ce qui m’attendait si je choisissais L car le volume d’heures de philo est assez conséquent dans cette section. Ce cours de philo m’a définitivement convaincue. Enfin, je savais déjà en Seconde que je ne souhaiterais pas, dans le futur, m’engager dans des études relevant du domaine des sciences naturelles et que la section L me permettrait d’acquérir une solide culture générale, et des qualités rédactionnelles, aussi bien en français qu’en anglais, qui me seraient utiles plus tard.
- Parcours depuis le bac :
Après le bac j’ai passé différents concours pour entrer à Sciences Po et j’ai finalement choisi d’intégrer un cursus franco-allemand dans le cadre du partenariat entre Sciences Po Aix et l’université de Fribourg en Allemagne, dans une promotion composée de 20 étudiants dont 10 sont allemands et 10 sont français.
J’ai passé ma première année en Allemagne (j’ai ainsi pu découvrir le système universitaire allemand) et la seconde à l’IEP d’Aix-en-Provence. Puis j’ai décidé de faire une année de césure aux USA pour aller étudier à l’université du Connecticut. Après ça, j’ai passé un été à travailler dans le sud ouest de la Chine (à Chengdu - pays fascinant et super expérience) puis j’ai repris mes études au sein du double cursus et j’ai fait 6 mois de stage à Zürich au sein de la chambre de commerce suisse-allemande. Ensuite j’ai fait un autre stage à la représentation allemande du commerce et de l’industrie à Washington DC. Ce stage a été une expérience excellente et très formatrice expérience et j’ai aussi adoré DC.
Après tous ces stages, je suis rentrée l’été dernier à Freiburg pour un semestre afin d’écrire ma thèse de bachelor et finir mon diplôme.
J’ai été admise à la Hertie School of Governance à Berlin pour un programme de deux ans afin obtenir master en politiques publiques ("Public Policy"). J’étais censée commencer ce programme en septembre dernier mais j’ai finalement décidé de repousser d’un an mon entrée dans ce programme car j’ai reçu deux super offres de stages à Washington DC.
Je me suis donc retrouvée de nouveau de l’autre côté de l’Atlantique. J’ai d’abord travaillé pour le secrétaire aux affaires politiques de l’Organisation des Etats Américains (Organization of American States) et à partir de janvier pour le département d’économie et affaires publiques d’un institut de recherche affilié à l’université Johns Hopkins et qui porte en particulier sur l’Allemagne et les relations transatlantiques (l’institut s’appelle "American institute for German contemporary studies"- AICGS).
En ce moment je suis aussi en train de préparer une candidature pour éventuellement étudier à l’université de Georgetown, ici à DC. Ils ont un très bon programme de master en partenariat avec la Hertie School qui dure 3 ans et qui permet d’obtenir un "Master in German and European Studies" ainsi qu’un "Master in Public Policy". Avec ça, j’étudierais deux ans à Georgetown et une année à Berlin. Le problème est que je ne peux pas financer ce programme sans bourse donc je suis aussi en train de préparer une candidature pour la bourse Fulbright....
On verra bien ce que ça va donner. Dans tous les cas, j’ai toujours la possibilité de faire mon master à la Hertie School et de passer deux ans à Berlin :)
- Conseils pour les étudiants : il ne faut pas hésiter à prendre cette section si les matières proposées sont celles qui vous plaisent, et pour lesquelles vous vous sentez prêts à fournir des efforts. C’est cette motivation qui joue un rôle clef pour s’épanouir et avoir de bons résultats. En effet, un bon bac L sera toujours plus valorisant qu’un mauvais bac S et, malgré les idées reçues, il ouvre sur des débouchés très divers : écoles d’art, prépas L ou BL, certaines écoles de commerce acceptent également des bacheliers de la section L, université... Par ailleurs, la section littéraire vous permettra d’acquérir des compétences rédactionnelles et de réflexion qui peuvent faire la différence aux concours d’entrée à diverses écoles lors desquels des connaissances en histoire, littérature, philosophie et en langues sont la plupart du temps à démontrer. Petits conseils pratiques : à propos de la philosophie (car il y a un volume horaire de 8h par semaine à partir de la terminale), demandez s’il est possible d’assister à un cours de philosophie pour voir si cette matière plaît ou pas (même s’il est difficile de se faire une opinion en une séance), consultez les manuels au CDI, et enfin, cherchez à entrer en contact avec des élèves de L pour vous conseiller.

Samuel étudiant à Sciences Po Paris

Caroline Étudiante à la Brighton Business school

- bac L Anglais spé
- parcours depuis le BAC : 3ème (et dernière) année à Brighton Business School pour faire du Business Management.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Blaise Pascal à Orsay (Académie de Versailles)
Directeur de publication : M. Edouard Berteaux, Proviseur